« Le discours d’un roi » raconte le parcours du roi d’Angleterre George VI devant le mener à remporter une belle et grande victoire : soigner le bégaiement. Sur les conseils de sa femme Élisabeth, il consulte un orthophoniste australien installé à Londres, Lionel Logue. Ce dernier lui enseigne des techniques de relaxation musculaire et de contrôle de la respiration. A-t-il expressément eu recours à l’hypnose ? L’Histoire n’en dit mot. Nous allons exposer les causes du bégaiement et aborder l’hypnose comme outil particulièrement efficace, en parallèle à d’autres traitements.

Plusieurs causes au bégaiement

Le Ministère de la Santé définit le bégaiement comme un trouble de l’élocution se déclenchant et/ou s’amplifiant en présence d’un tiers.
Depuis quelques années, il est mis en évidence l’existence d’une fragilité d’ordre génétique, prédisposant à devenir bègue. Il s’agirait d’un problème neurologique. Chez la personne concernée, il est observé des petits dysfonctionnements du cerveau : ils créent une faiblesse des outils de communication. Ainsi, il faut savoir que 60 % des bègues ont un membre de leur famille présentant ce même trouble de l’élocution.
À cela s’ajoute le constat d’un événement déclencheur faisant rupture et entraînant la manifestation du bégaiement tel que, chez l’enfant, la perte d’un doudou, l’hospitalisation d’un proche, etc.
Il est important de signaler que les réactions de l’entourage, lors des premiers bégayages, peuvent constituer un facteur aggravant, responsable de la chronicisation.
Chez l’adulte, ce peut être un traumatisme neurologique (accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, maladie d’Alzheimer ou encore maladie de Parkinson), une réaction à un médicament, une séparation, un deuil (bégaiement dit psychogène).
Nous allons voir comment l’hypnose, en libérant les émotions bloquées, contribue à guérir le bégaiement.

L’hypnose : un outil très efficace contre le bégaiement

La lecture attentive d’un roman permet de nous évader, la contemplation du mouvement des vagues engendre une suspension hors du temps, etc. En résumé, nous avons tous pu faire l’expérience d’un état de conscience modifiée. L’état hypnotique est exactement ce moment de conscience où les choses sont perçues différemment.
L’hypnose avec un praticien consiste à reproduire volontairement cet état de conscience, avec un objectif pouvant aller de la détente au soin.

Techniques efficaces chez l’enfant

Afin de guérir du bégaiement, les suggestions directes s’avèrent pertinentes chez l’enfant. Elles reposent sur une façon franche de lui suggérer certaines idées ou actions, comme par exemple celle de fermer les yeux. Le thérapeute peut également soumettre d’expérimenter de nombreuses sensations ou demander au jeune patient d’oublier certains passages de la séance, le but étant d’obtenir une amnésie partielle du travail d’hypnose.
Quant à la thérapie symbolique simple, développée par le français Olivier Lockert, elle s’avère particulièrement adaptée aux enfants. Elle fait appel à leur capacité d’imagination et permet d’aborder la difficulté rencontrée en prenant en compte leurs propres métaphores et symboles.

Méthodes adaptées à l’adulte

L’hypnose formelle peut être utilisée, sauf indication contraire. Elle consiste à accompagner le patient dans un lieu de prédilection rassurant, un souvenir agréable ou même une projection positive et de son choix. Elle respecte un protocole établi comprenant une induction hypnotique avec centrage et focalisation de l’attention, un état de transe profonde où le patient «vit» une situation agréable qu’il a choisie, et un retour, en fin de séance, à une conscience dite normale.
Une autre méthode consiste en la suggestion indirecte. Son objectif n’est pas vraiment formulé : elle ne peut donc être arrêtée par l’analyse consciente du patient et a directement accès à son intuition inconsciente. Elle permet de lever ses possibles résistances. Il s’agit, par exemple, de la suggestion métaphorique. Nous parlerons, un peu plus loin, du cas d’un patient âgé de quarante ans.

L’hypnose : un véritable outil destiné à toutes les formes de bégaiement

Bon nombre de personnes prennent conscience de leur bégaiement, ce qui entraîne un état de stress et d’anxiété. L’hypnose diminue considérablement l’anxiété et anesthésie les sentiments de honte. La diction devient alors beaucoup plus fluide.

En matière d’estime de soi, généralement affaiblie par les moqueries de l’entourage, l’hypnothérapie participe au changement des modes de pensée : de négatifs, ils deviennent beaucoup plus positifs.
En cas de bégaiement lié à un évènement survenu dans le passé, le travail de régression permet de remonter aux origines du trouble et d’en corriger les symptômes associés. Quant aux personnes dont le bégaiement est déclenché par une situation, un milieu ou une personne, l’hypnose les aide à gérer plus efficacement leurs réactions face à ces déclencheurs.

Venons en maintenant au cas de ce patient, âgé de quarante ans, passionné de musique et ayant une préférence pour l’auditif et le visuel, faisant appel à un hypnothérapeute. La rédaction d’un conte thérapeutique est réalisée, intitulé « la complainte du violon ». Le violon représente le patient. La finalité de cette action a consisté à vaincre le bégaiement en travaillant sa confiance en lui-même et en favorisant sa reconstruction psychique.
Il est force de constater que l’hypnothérapie est un outil adapté à chaque forme de bégaiement et à chaque patient, surtout ceux voulant éviter une approche médicamenteuse.

Nous sommes à votre disposition afin de répondre à toute question que vous jugerez utile.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib hypnotiseurorigines hypnose