La peur est une émotion universelle et vitale, car elle fait partie intégrante de l’instinct de conservation par la prise de conscience de situations dangereuses à éviter. Vécue ponctuellement, elle se régule d’elle-même. Par opposition, la peur irrationnelle et irrépressible de la survenue d’une manifestation anxieuse inadaptée sans réel facteur déclenchant devient alors pathologique et enferme l’individu dans la spirale infernale de « la peur d’avoir peur » ou phobophobie.

Psychanalyse, psychothérapie…Dans un processus de prise en charge thérapeutique, l’hypnose s’avère également un outil efficace pour lutter contre la phobie de la peur et désamorcer les mécanismes des états anxieux exacerbés pour reprendre le contrôle émotionnel, psychologique et comportemental face à ces peurs excessives.

Qu’est-ce que la phobophobie ?

C’est un état réactionnel phobique démultiplié par une crainte démesurée des symptômes et de leurs conséquences personnelles, relationnelles et environnementales, qui peut se traduire par une attaque de panique ne justifiant pas objectivement cette alarme.

La phobophobie ou phobie de la peur, peut être stimulée par une phobie spécifique persistante (l’ascenseur, l’avion, le vide, les lieux clos, etc.) ou non définie, contraignant le phobophobe à un comportement d’évitement par peur d’être confronté à des pensées intrusives et leurs manifestations physiologiques : la peur d’avoir peur.

La fréquence, l’intensité et la chronicité de ce trouble, développent progressivement une anxiété d’anticipation contre toute situation potentiellement phobogène avec son cortège de sensations et de symptômes, associée à la crainte de leur récidive.

Quelles sont les causes de la phobophobie ?

L’identification des causes de la phobophobie est parfois complexe, de nombreuses études démontrent des origines plurielles émotionnelles, physiques ou psychologiques de cette pathologie, variant selon les individus :

  • Une peur conditionnée par un vécu traumatisant ou des états de stress post-traumatiques peuvent être à l’origine de l’ancrage toxique de la peur.
  • Un contexte familial et éducatif dysfonctionnel.
  • Des prédispositions biologiques ou génétiques seraient au cœur de la transmission des schémas comportementaux face aux dangers, etc.

Quels sont les symptômes de la « peur d’avoir peur » ?

Particulièrement invalidante dans le quotidien, la « peur d’avoir peur » soumet le phobophobe à une conduite d’évitement de toute situation risquant de le confronter à l’apparition de symptômes phobiques psychosomatiques et comportementaux, dont les manifestations sont variables d’un individu à l’autre.

Manifestations émotionnelles

  • Pensées intrusives
  • Tristesse
  • Pessimisme
  • Sentiment de perdre le contrôle…

Manifestations somatiques

  • Hyperventilation
  • Céphalées
  • Palpitations
  • Bouffées de chaleur, frissons
  • Tremblements
  • Oppression thoracique
  • Vertiges
  • Troubles digestifs
  • Transpiration…

Manifestations comportementales

  • Hypervigilance anxieuse
  • Conduite d’évitement limitant les activités sociales et professionnelles
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Addictions…

Comment traiter cette phobie ?

La première démarche consiste à chercher de l’aide auprès d’un professionnel de la santé (psychiatre, psychologue ou médecin traitant) pour identifier et analyser l’état phobique et ses répercussions sur le quotidien de l’individu. Cette première approche permettra d’argumenter et de planifier un traitement thérapeutique et/ou médicamenteux adapté.

La psychanalyse pour une recherche des origines refoulées (pensées, images, souvenirs) de la phobophobie et la compréhension des mécanismes de défense associés à cette phobie.

La thérapie comportementale et cognitive (TCC), vise à modifier certains schémas en désinhibant l’ancrage de croyances toxiques et les comportements associés par une restructuration de la pensée via différents types de thérapies d’exposition progressive (in vivo ou visualisation).

La psychothérapie permet d’enrayer la détresse psychologique en libérant les émotions par l’expression dans l’objectif de modifier le fonctionnement cognitif émotionnel et comportemental du phobophobe.

L’hypnose aborde les états phobiques efficacement par une recherche inconsciente faisant appel à des techniques comportementales telles que la relaxation couplée à une désensibilisation systématique lors d’une approche d’exposition progressive de situations phobiques.

L’aide médicamenteuse. Selon l’appréciation du médecin, les antidépresseurs et régulateurs émotionnels, entre autres, peuvent être prescrits. Leur action neutralise la spirale des symptômes de l’anxiété.

L’hypnose, un moyen efficace de lutter contre la phobophobie ?

L’hypnose fait partie des médecines alternatives ou complémentaires et s’est imposée dans l’Hexagone en milieu hospitalier comme en cabinet privé. C’est une approche thérapeutique efficace dans certaines indications médicales, dont, la prise en charge des troubles phobiques, des attaques de panique et de leurs manifestations psychosomatiques.

Les séances d’hypnose offrent au patient la possibilité d’un apprentissage personnel dans la connaissance de soi et des bénéfices incontestables en termes de relaxation, de perceptions sensorielles et de la prise de conscience de ses ressources internes d’action sur son corps et son psychisme pour lutter contre la peur d’avoir peur.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib spasmophilie hypnosearachnophobie