Qu’est-ce qu’exactement que la maladie d’Alzheimer?

La maladie d’Alzheimer (MA) est définie comme étant une affection neurodégénérative (soit qu’elle détruit les neurones) progressive et incurable. Les facultés mentales telles que la mémoire se détériorent peu à peu et de manière irréversible, allant souvent jusqu’à la démence, la perte des facultés autonomes et même la mort. Elle tire son nom du médecin Allemand Alois Alzheimer, qui fut le premier à décrire la maladie en 1906.

A quoi reconnait-on la maladie d’Alzheimer?

Une amnésie (perte de mémoire) caractérise les premiers stades de la maladie, des distractions mineures constituent le plus souvent l’étape de début, avec une atteinte de la mémoire à court terme ; des souvenirs plus anciens restent selon les cas plus ou moins préservés. Lorsque la maladie s’étend, cela correspond à des troubles dits cognitifs plus importants et plus sévères, à savoir la dépression, l’angoisse, l’irritabilité, l’agressivité ou les troubles de l’humeur.

Hypnose contre la maladie d Alzheimer (MA), comment ça marche ?

Hypnose, de quoi s’agit-il ?

L’hypnose correspond à un élargissement de l’état de conscience connu par un patient lors de sa mise en contact avec son praticien. Cette modification de l’état de conscience également appelée veille paradoxale sert à détendre le patient et à accentuer ses capacités à se concentrer et à être attentif. Il s’agit d’une sorte de dissociation de la réalité où l’on en ignore volontairement certaines composantes, pour en faire valoir d’autres. Elle est efficace sur le plan thérapeutique d’autant qu’elle permet la relaxation du patient, le faisant basculer entre le réel et l’imaginaire ; cela consiste alors à agir sur le second, pour modifier la façon dont est perçu le premier. Le thérapeute s’appuie soit sur des méthodes d’induction où le patient se focalise sur un stimulus particulier pour accéder un à un état de conscience modifié, soit sur des méthodes de suggestion, indiquant au patient le comportement que le praticien aimerait le voir adopter. Contrairement à la technique traditionnelle connue pour être rigide et cantonnée dans des rituels beaucoup trop classiques, l’hypnose contemporaine se veut adaptée aux singularités des patients, ce qui en fait un atout majeur dans le traitement de la MA.

Alzheimer et hypnose, quels défis pour quels résultats ?

Au vu du caractère anxieux et dépressif des patients atteints de MA, cette méthode d’accompagnement est théoriquement tout indiquée avec eux. Sauf qu’il faut alors répondre à un défi majeur : la difficulté pour les personnes âgées, d’accéder à un état de conscience modifiée. Cela ne signifie absolument pas que c’est impossible, mais qu’il faudrait en revanche prendre plus de temps pour la mise en place de la méthode avec ce type de patients. Par ailleurs, de nombreuses problématiques sont soulevées autour du fait d’hypnotiser des personnes souffrant de troubles cognitifs aussi importants : le sujet atteint ne pourrait-il pas oublier sa séance hypnotique et tout ce qu’il s’y est déroulé ? Peut-on utiliser sur un patient, une méthode dont il ne peur saisir ni le but ni le mode de fonctionnement ? N’aurait-il pas besoin de ses expériences passées pour une efficacité optimale, lui qui les a oubliées ? Cet accompagnement apporte-t-il un réel plus dans le traitement des accès anxieux et dépressifs des malades ?

Avant de répondre à toutes ces questions, il est également utile de faire mention d’un autre défi majeur rencontré par le praticien lors de l’introduction de l’expérience hypnotique sur le patient : il s’agit du langage. En effet, il est parfaitement connu que les patients atteints de la MA présentent des facultés de compréhension amoindries. Fort heureusement, cela ne représente pas le seul moyen de mise en relation entre le malade et son thérapeute ; ce dernier peut alors développer ce qu’on appelle un langage para verbal, s’appuyant entre autres sur la gestuelle.

Pour revenir aux questions, il faut d’ores et déjà savoir que les réponses sont favorables dans la plupart des cas. Soulignons que le patient n’a pas besoin de saisir le principe de la méthode pour qu’elle exerce sur lui les effets positifs qu’on lui attend. Il n’est pas non plus nécessaire de faire appel au passé oublie, l’on peut se contenter de travailler sur les souvenirs plus ou moins lointains évoqués par le patient lui-même. L’on peut même envisager de développer de nouvelles potentialités souvent insoupçonnées et enfouies chez ces patients. De plus, ces derniers ne disent jamais non à une oreille attentive, leur apportant soutien émotionnel, et contribuant à leur bien-être général.
Finalement, Alzheimer et hypnose font très bon ménage et vous n’avez point à vous inquiéter du fait de recourir à cette méthode. Nous vous recommandons alors vivement de penser à l’hypnose contre la maladie d Alzheimer pour le traitement et l’accompagnement de vos proches atteints.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib hypnose sommeilhypnose maladie chronique