La programmation neurolinguistique (PNL) est une thérapie brève qui connaît aujourd’hui un succès grandissant dans le domaine de la psychothérapie. Approche de développement personnel, elle vise à modéliser les comportements de réussite tout en prônant une meilleure compréhension de nous-même, d’autrui, des expériences que nous vivons et plus globalement, du monde qui nous entoure. Un des outils clés utilisés en PNL est la communication qui est un élément fondamental de cette méthodologie.

La place de la communication en programmation neurolinguistique

Véritable star des thérapies brèves, la programmation neurolinguistique et ses techniques de communication sont en plein essor et ce, dans de nombreux domaines. Le terme « programmation » correspond au conditionnement qui modèle notre vision de la réalité et qui affecte chacun d’entre nous. Ce sont majoritairement des facteurs externes (enfance, famille, milieu de vie, enseignements, cadre sociétal, expériences vécues…) qui façonnent ce système de croyances. Ils ancrent ainsi des « programmes » dans notre esprit et conditionnent la manière dont nous voyons les choses ainsi que notre comportement. La PNL vise à modifier les schémas de pensées négatifs pour créer un terrain propice à la réussite, dans quelque domaine que ce soit.

D’autre part, « neuro » renvoie à notre système neurologique qui est sans cesse bombardé par des données issues du monde extérieur. Celles-ci passent d’abord par nos cinq sens puis, sont transmises à notre système nerveux qui se chargera de traiter l’information et de la stocker. C’est ainsi que se forment des schémas de pensées, parfois inconscients.

Vient enfin la « linguistique » qui se réfère au langage (verbal ou non verbal) et donc à la communication en PNL. Le langage est l’outil qui nous permet de partager nos expériences et notre vision du monde avec autrui et c’est en écoutant les autres qu’il devient plus aisé de mieux appréhender la manière dont chacun voit la réalité. C’est pourquoi la programmation neurolinguistique offre une place si importante à la communication : c’est un élément déterminant de notre vie et de nos relations avec autrui.

 « La carte n’est pas le territoire » : une des bases de la communication en PNL

« La carte n’est pas le territoire » est un présupposé de la programmation neurolinguistique qui, au-delà de sa formulation mystérieuse, signifie simplement que chaque personne a une perception différente de la réalité. Le territoire correspond aux faits et la carte renvoie à la représentation personnelle que nous en avons. Il n’existe pas de carte meilleure qu’une autre, bien que certaines puissent être mieux adaptées à certaines situations. En sachant cela, il devient possible d’étendre sa compréhension d’autrui lors des échanges et de développer une certaine flexibilité comportementale.

La PNL et la communication interpersonnelle

En PNL, la communication joue un rôle essentiel. Cette méthodologie permet avant tout d’avoir une meilleure compréhension des personnes de notre entourage, ainsi que des raisons motivant leurs différents comportements et réactions. Savoir que chaque personne a une vision du monde unique qui n’a pas forcément de similitudes avec la nôtre, permet de s’adapter et d’agir en conséquence. Il devient alors possible de mettre en place des nouvelles techniques de communication qui seront mieux adaptées à autrui et qui favoriseront des relations plus fructueuses, en l’absence de conflits. Cela ne signifie pas pour autant qu’il est nécessaire de faire des efforts démesurés et de changer sa personnalité. On peut tout à fait garder son authenticité tout en gagnant en souplesse et en fluidité comportementale pour engendrer des interactions plus positives.

Des modèles de langage pour une meilleure communication en PNL

Il existe deux modèles à la base de la linguistique et de la communication en PNL :

Le méta-modèle 

Le méta-modèle met en lumière les processus qu’utilise une personne pour traduire son expérience du monde qui l’entoure par le langage. Il contient également douze types de questions qui visent à mieux comprendre l’idée que notre interlocuteur cherche à véhiculer en nous parlant. C’est un très bon outil de communication en programmation neurolinguistique car il permet de comprendre l’origine et le but des omissions, des généralisations et des distorsions dans lesquelles baignent souvent les conversations. Les questions du méta-modèle, lorsque bien choisies, invitent l’interlocuteur à préciser ses propos et à apporter plus d’informations à ce qu’il souhaite communiquer.

Le Milton-modèle

Le modèle de Milton nous vient de l’éminent psychiatre et hypnothérapeute américain, Milton Erickson. A l’inverse du méta-modèle, il contient des formulations verbales qui sont volontairement floues et imprécises. Cette méthode est particulièrement utilisée en hypnose Ericksonienne car elle permet au patient d’intégrer sa propre expérience dans le langage du thérapeute. Il n’y a alors pas d’interférence avec le vécu de la personne qui peut ainsi projeter sa vision unique de la réalité. A chaque catégorie du méta-modèle, le Milton-modèle propose une formulation opposée, préférant la généralisation et l’imprécision. C’est une méthode qui a recours à l’utilisation de métaphores et de suggestions indirectes.  Le but de cette technique de communication en PNL est principalement de ne pas offenser les perceptions de l’autre personne.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos thérapies et coaching basés sur la PNL, n’hésitez pas à contacter Happiness Therapies. Nous intervenons sur Pau, Bayonne, Anglet et Biarritz.

Contactez-nous

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Not readable? Change text. captcha txt
devenir manager