Centres commerciaux, cinémas, rues bondées, ou encore vastes étendues désertiques… L’agoraphobie se caractérise par des troubles de l’anxiété que certaines personnes rencontrent lorsqu’elles se trouvent dans un lieu dont elles pensent qu’il leur sera quasi impossible de s’échapper ou d’être secourues. Dans la plupart des cas, l’hypnose se révèle d’une grande aide face à ces troubles anxieux.

Qu’est-ce que l’agoraphobie ?

L’agoraphobie est la peur des espaces libres ou des lieux publics. C’est un trouble que l’on retrouve assez fréquemment dans la population générale. Pour une raison inconnue, elle touche plus souvent les femmes que les hommes.

Une personne agoraphobe rencontre de réelles difficultés à gérer ses déplacements et sa vie au quotidien.. Il lui est en effet difficile, par exemple, de traverser une route ou de rester dans un lieu bondé. Dans le cas d’attaque de panique au milieu d’une zone peuplée (phobie des foules) , on parle plus spécifiquement d’Ochlophobie.

Aller au travail, faire ses courses, avoir des loisirs… Tous les aspects de la vie quotidienne de l’agoraphobe sont impactés, et la personne atteinte ne se sent bien que dans un lieu familier, le plus souvent son domicile. Elle développe alors des procédures d’évitement, comme par exemple, ne plus sortir de chez elle.

Quelles sont les principales causes de l’agoraphobie ?

Les causes de l’agoraphobie peuvent varier d’une personne à l’autre. Malgré cela, on retrouve souvent un fond d’anxiété chez toutes les personnes atteintes, ainsi qu’un événement traumatique originel (accident, deuil, agression, perte d’un emploi…).

Cet événement ne précède pas toujours de façon immédiate le début des troubles, il peut ainsi en être éloigné de plusieurs années. L’agoraphobie peut aussi s’accompagner d’autres phobies, de type troubles obsessionnels compulsifs (TOC) ou encore symptômes dépressifs.

Par quels symptômes s’exprime cette “peur des lieux publics” ?

Si les causes de l’agoraphobie diffèrent, il en va de même pour ses symptômes, dont l’intensité varie d’un malade à l’autre. Néanmoins, les signes avant-coureur se manifestent toujours, ou presque, par une attaque de panique et une sensation de mort imminente.

Pour être diagnostiquée, une attaque de panique doit comporter quatre des symptômes suivants :

  • tachycardie, palpitations ;
  • tremblements musculaires ;
  • gêne ou douleurs dans le thorax ;
  • souffle court, sensation d’étouffer ;
  • vertiges ;
  • frissons ou, au contraire, bouffées de chaleur ;
  • nausées ;
  • transpiration ;
  • picotements dans les extrémités des membres ;
  • dépersonnalisation ou déréalisation, dans des cas plus rares.

Il est toutefois important de rappeler qu’une attaque de panique n’a aucun caractère de gravité, sauf pour les personnes présentant des pathologies particulières (asthme, problèmes cardiaques…). C’est une notion importante pour les proches, qui peuvent ainsi agir plus calmement en cas de crise et aider la personne atteinte à retrouver ses esprits.

Comment traiter cette phobie si particulière ?

L’évolution de l’agoraphobie est tout à fait imprévisible et dépend avant tout de sa prise en charge. Parfois, les troubles disparaissent d’eux-mêmes lorsque la personne atteint l’âge adulte. Mais ils peuvent aussi s’aggraver et devenir handicapants. Il faut savoir que ce trouble de l’anxiété si particulier se soigne, d’autant plus si la personne atteinte est prise en charge tôt.

La psychothérapie, les médicaments ou une combinaison des deux peuvent être des alternatives fiables. Un psychothérapeute peut apprendre à son patient atteint d’agoraphobie à gérer ses crises de panique, par la respiration ou le détournement de l’attention.

Les TCC (thérapies cognitives et comportementales) sont aussi souvent recommandées dans le traitement de l’agoraphobie. Par une thérapie de désensibilisation systématique, le patient est peu à peu amené à gérer ses peurs face aux lieux publics, ou aux foules s’il souffre d’ochlophobie. Mais il existe aussi des approches naturelles efficaces, telles que la méditation, le yoga, les plantes, ou encore l’hypnose.

L’hypnose, une solution efficace pour lutter contre l’agoraphobie ?

L’hypnose présente aussi de nombreux avantages dans le traitement d’une agoraphobie. En effet, ce type d’approche permet à l’hypnothérapeute d’accéder à un état de conscience modifié du patient. C’est l’inconscient qui donnera les réponses, les origines et les causes de la peur à l’origine des troubles. Il est alors plus facile de trouver la thérapie la plus adéquate.Grâce à l’hypnose, et si tous les facteurs à l’origine des attaques de panique sont identifiés, le patient peut trouver le courage de faire les premiers pas vers la libération, retrouver une qualité de vie presque normale, de façon plus rapide que par une thérapie plus classique.

L’hypnose est une thérapie brève pouvant aider de façon rapide et efficace la personne agoraphobe. Ainsi, une à trois séances, parfois plus, sont nécessaires pour parvenir aux objectifs souhaités, c’est-à-dire acquérir des capacités nouvelles et mettre en œuvre des ressources profondes pour lutter contre ces troubles de l’anxiété, que sont l’agoraphobie ou l’Ochlophobie.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib arrêter de boire